Les Mondes de Clèm: 3ème prix : Rencontre - Hogyomu

jeudi 13 décembre 2012

3ème prix : Rencontre - Hogyomu


Dans la Maison dans l’Ailleurs, rien n’avait changé. Elle était toujours aussi impeccable, alors que personne ne l’avait lavée. Sur un canapé du grand salon, Gino ronflait, aussi fort qu’il aurait pu réveiller le petit Elio à tout moment. Celui-ci dormait paisiblement dans le canapé juste à côté. Nathan et Shaé, eux, étaient assis sur la terrasse, discutant des évènements récents et contemplant cet océan d’herbe verte qu’un léger vent déformait, la Pratum Vorax.
- Maintenant que tout est fini, les jours vont être plus calmes. Il faudra trouver un moyen de ne pas s’ennuyer. dit Nathan, un brin de fatigue dans la voix.
- C’est vrai… Nous pourrions faire le tour du monde, grâce aux portes.
- Je ne sais pas, je ne me sens pas assez en forme pour ça.
- Ce n’était qu’une suggestion.
Ils ne prononcèrent plus un mot pendant plusieurs longues minutes. Elio brisa ce silence en se réveillant en sursaut. Son cri d’épouvante fit tomber Gino de son canapé, et il s’écrasa la figure sur la moquette. A son tour, il cria, mais de douleur. Les parents d’Elio ne réagirent pas. Ils étaient toujours assis sur la terrasse mais ils étaient différents. Ils avaient les yeux grands ouverts et ne bougeaient plus. Ce fut seulement après une dizaine de secondes qu’ils se redressèrent, s’échangèrent un regard et partirent vers Gino pour le relever. Du sang coulait de son nez. Nathan et Shaé se retournèrent vers Elio et le virent plein de sueur, il était pétrifié d’horreur.
- Elio, toi aussi tu as reçu le message ? demanda Shaé, inquiète pour son fils.
- Oui…
- Quel message ? Que s’est-il passé ?, s’interloqua Gino.
- Nous avons reçu un message important. Tu veux l’entendre ?
- Oui, dites le moi, s’il vous plait.
- Très bien mais je te préviens, tu risques de ne pas le comprendre.
- Ce n’est pas grave, dis-le quand même.
- « Si les 7 plus grandes oeuvres du Créateur ne se réunissent pas à la Bibliothèque nationale de France à Paris le 8 novembre 2009 pour empêcher sa mort, Il sera entraîné dans l’autre monde et des milliers de personnes souffriront de tristesse. Ces oeuvres se nomment : Nathan, Shaé, Elio, Ewilan Gil’ Sayan, Ellana Caldin, Nawel Hélianthas et Ombe Duchemin.»
- Qu’est-ce que ça veut dire ? De qui avez-vous reçu ce message ?
- C’est un message du Destin, répondirent Nathan et Elio ensemble.
C’est leur petite voix intérieure de Mnésique qui leur avait dit.
- Il est bien gentil ce Destin, mais comment veut-il qu’on reconnaisse ces personnes que l’on ne connait pas ?
- Attend Shaé, ça ne t’étonne pas que l’on doive sauver un type dont nous sommes les oeuvres ? Moi je n’y comprends rien.
- Tu sais Nathan, suite aux derniers évènements, je crois que plus rien ne m’étonne. Alors qu’est-ce qu’on attend, on y va ?


Debout à l’avant du navire d’Oyoel, Ewilan résistait, les yeux fermés, au vent des Plaines Souffle, aux côtés de Salim. Plongés dans leurs pensées, ils n’entendaient pas les cris venant du reste du bateau. C’était pour eux un vrai moment de plénitude. Soudainement, Ewilan ouvrit grand les yeux, resta figée quelques secondes et s’écroula. A son tour, Salim ouvrit les yeux et vit son amie couchée par terre. Lorsqu’il voulut la soulever, elle se releva précipitamment et courut vers Ellana. Elle aussi avait de gros yeux ronds.
- Ellana, il faut que je te parle ! cria Ewilan.
- Toi aussi tu as reçu un message ?
- Oui, je ne comprends pas, qu’est-ce que ça veut dire ?
- Ça veut sûrement dire qu’une nouvelle aventure nous attend petite soeur, et que nous devons partir.
- Maintenant ?
- Oui, maintenant. Plus tôt nous partirons, mieux ce sera. Alors disons au revoir aux autres.
Ewilan eu une petite larme à l’oeil. Elle était triste de quitter ses amis alors qu’ils venaient de se retrouver. Elle prit Salim dans ses bras et lui murmura dans l’oreille.
- Je reviendrais vite, tu vas me manquer.
Ensuite, elle se retourna et parti vers Ellana, sans laisser le temps à Salim de lui répondre.
- On y va, Ellana ?
Celle-ci n’avait pas pris beaucoup de temps pour dire au revoir à Edwin. Ils savaient tous deux qu’ils se reverraient très vite.
- Oui, je suis prête.
Ellana donna la main à Ewilan, qui effectua un pas sur le côté vers Paris. C’était la première fois que la marchombre allait dans le monde normal.



Cela faisait trois jours que l’Association avait mis Ombe en congé. Celle-ci profitait de ce moment de répit et chevauchait sa Kawasaki sur des routes de campagne, dans la brume matinale. Elle passait à côté de nombreux champs de vaches ou de chevaux et de quelques fermes mais aucune autre habitation n’était visible.
Une voix retentit dans sa tête et elle perdit le contrôle de sa moto qui dévia, se dirigeant vers les champs. Sa Kawa se prit dans les barbelés mais Ombe passa par-dessus et se retrouva affalées dans l’herbe. Elle resta ainsi pendant quelques instants puis se releva, sans aucune égratignure. Son pouvoir surnaturel l’avait sauvée mais elle était troublée par ce qui venait de lui arriver. En effet, elle venait de recevoir un message étrange. Elle sortit son portable de sa poche et composa un numéro. Ça décrocha.
- Ombe ? C’est rare que tu m’appelles, il y a un problème ?
- Jasper ! Ne fais pas l’ignorant ! Je suis sûr que c’est toi qui m’as encore joué un tour.
- Qu’est-ce que tu racontes Ombe ? Qu’est-ce qui s’est passé ?
- Ce n’est vraiment pas toi qui m’as envoyé ce message ?
- Quel message ? Explique-moi Ombe, je ne comprends rien de ce que tu dis.
Ombe essaya de redire le message mot pour mot à Jasper, mais elle ne se souvenait plus des noms des autres.
- Ce n’est pas grave, les noms ne sont pas importants, lui répondis Jasper. Il faut que tu appelles Mademoiselle Rose, elle pourra peut-être t’aider elle.
- Oui je vais faire ça, merci quand même Jasp’.
- Cesse de m’appeler comme ça, s’il te plait.
Ombe raccrocha et lorsqu’elle voulut composer le numéro de l’Association, son portable s’éteignit.
- Plus de batterie, merde ! grogna Ombe.
Elle prit donc la décision de retourner à Paris pour aller voir Mademoiselle Rose. Après plusieurs centaines de kilomètres à 200km/h, elle arriva devant les locaux de l’Association, au 13 rue du Horla. Ombe monta les escaliers, passa la porte protégée par un puissant sortilège et arriva dans le bureau de Rose. La vieille femme était assise devant son ordinateur et regardait Ombe du coin de l’oeil.
- Ombe, que fais-tu là ? Tu es censée être en congé.
- Je sais bien, mais c’est urgent !
- Qu’y a-t-il ?
- J’ai reçu un message dans ma tête lorsque je roulais dans la campagne.
- Un message ? De quel genre ?
Comme elle l’avait fait pour Jasper, Ombe redit le message mot pour mot à Rose qui prenait note sur son ordinateur.
- J’envoie ça de suite aux bureaux de l’Association à Londres. La réponse ne devrait tarder.
En effet, quelques secondes plus tard, l’ordinateur émit un petit « bip », la réponse était arrivée.
- Je ne m’attendais pas à une réponse pareille, dit mademoiselle Rose.
- Qu’est-ce que ça dit ?
- « Ce message vient tout droit du Destin en personne. Et les sept personnes énoncées vont devoir se battre contre un dieu de la mort, aussi appelé un Shinigami, au Japon. Le pouvoir de chacun d’entre eux sera nécessaire pour l’arrêter. Bonne chance.»
Ombe était bouche bée. Elle n’y croyait pas ses oreilles, elle allait devoir se battre contre la mort.
- Qu’est-ce que je suis censée faire maintenant, demanda-t-elle à Rose.
- Descend à l’armurerie et prend ce que tu veux. Nous ne pouvons rien faire d’autres pour toi, désolé.
Ombe alla à l’étage inférieur, mit le Sphinx au courant et se mit à chercher un bon équipement. Quelques minutes plus tard, elle sortit du bâtiment avec deux poignards en main et un magnum dans la ceinture. Désormais prête, elle partit vers la Bibliothèque nationale.


Nawel voyageait seule depuis une dizaine de jours dans un endroit qui lui était totalement inconnu. Elle avait traversé une grande forêt de conifères et venait d’arriver non loin d’un lac d’une eau verdâtre. Elle se nourrissait en cuisant les créatures qu’elle avait combattues durant son voyage à l’aide de sa fidèle armure. Alors qu’elle mangeait un morceau de l’oiseau à longues pattes qu’elle avait tué quelques heures plus tôt, le vent lui amena un message. Elle n’en revenait pas, une voix résonnait dans sa tête mais elle ne comprenait pas grand-chose au sens de ses paroles. Elle ignorait où était Paris… Mais ce qui la troublait le plus, c’était la date.
- Le 8 novembre 2009 ? Mais c’est dans des centaines d’années ça ! Ma fatigue doit y être pour quelque chose…
Nawel décida d’oublier ce message. Elle termina son repas, s’endormit et reparti dès l’aube pour continuer son aventure. Elle devait trouver ces deux jeunes qu’Alantha lui avait montrés.


8h du matin, au pied de la Bibliothèque Nationale de France à Paris. Ewilan vit trois personnes qui ne paraissaient pas comme les autres. Elle s’approcha d’eux et leur demanda :
- Excusez-moi, est-ce que vous auriez reçu un message vous donnant un rendez-vous ici-même ?
- C’est exact, répondit Nathan. Vous êtes ?
- Je suis Ewilan Gil’ Sayan et voici Ellana Caldin.
- Nous avons donc bien reçu le même message. Je suis Nathan et voici Shaé et Elio.
- Ravi de vous rencontrer, leur dit Ellana.
- De même.
- Vous avez une idée de ce que ça signifie ?
- Le message ? Non, aucune. Mais c’est sûrement important.
Une moto arrivait à toute vitesse vers le petit groupe, une Kawasaki Z1000 pour être précis. Elle s’arrêta à leur hauteur et sa conductrice enleva son masque. C’était Ombe.
- Bonjour ! Vu vos tenues, je suppose que je suis au bon endroit… Je m’appelle Ombe Duchemin.
Ils firent les présentations puis Ombe prit la parole.
- Est-ce que vous savez contre quoi nous allons nous battre ?
Ils dirent tous non de la tête.
- Toi oui ? demanda Shaé.
Alors qu’Ombe allait répondre à cette question, un autre bruit de moto se fit entendre. Mais cette fois-ci, la moto ne se dirigeait pas vers eux mais continua son chemin.
- Qu’est-ce que c’est que ça ? demanda Ewilan en désignant une grosse masse noire qui suivait la moto.
Ombe allait enfin pouvoir leur répondre.
- C’est un dieu de la mort, dirent Elio et Nathan dans une totale synchronisation.
- C… Comment vous savez ça ? s’étonna Ombe.
- Un petit don de famille, répondit Nathan en faisant un clin d’oeil à Elio.
- Hum… ok. Donc, en effet, c’est bien un dieu de la mort et c’est notre cible ! La personne sur la moto est la personne que l’on doit sauver.
- Comment sais-tu ça ?
- J’ai mes sources. Seulement, j’ignore comment nous devons la battre.
- Nous l’ignorons tous, alors allons-y et finissons-en, déclara Ellana qui s’élançait déjà.
- Attendez ! Ne manquerait-il pas quelqu’un ? , demanda Ombe.
- Si, mais nous n’avons plus le temps !
Ellana était déjà à mi-chemin lorsque Ombe fit gronder le moteur de sa bécane. Shaé se métamorphosa en panthère sous les yeux ébahis de Ewilan et de Ombe. Nathan sortit son katana de son fourreau et s’élança à son tour, aux côtés de son fils Elio, lui aussi un sabre à la main. Il ne resta plus qu’Ewilan au bas de la Bibliothèque, mais celle-ci disparu une seconde plus tard.
La bataille commença, Shaé s’était jetée sur le Shinigami et Ombe vidait le chargeur de son magnum. Malgré tout, la créature, si on peut l’appeler comme ça, ne bronchait pas. D’un simple petit mouvement, Shaé fut projetée à plusieurs mètres plus loin et reprit son apparence normale. Ellana avait lancé un couteau dans le flanc droit de la bête mais aucune goutte de sang n’était visible… Ewilan, elle, fit apparaitre une grosse poutrelle qui s’écroula sur le dos du Shinigami mais elle ne l’a ralenti que deux secondes.
- Il faut l’attaquer tous ensemble, c’est le seul moyen, s’écria Ellana.
Ombe avait son casque sur la tête, elle n’avait donc pas entendu le message. Cependant, lorsqu’elle vit les cinq autres s’avancer en même temps vers le dieu de la mort, elle comprit. Les 6 combattants frappèrent. Ombe s’était jetée avec ses deux poignards, abandonnant sa moto, et les enfonça tous les deux dans le dos. Nathan et Elio abattirent leur sabre dans ses deux flancs. Shaé, à nouveau transformée en panthère, se mit à mordre les chevilles. Ellana décocha une flèche qui se planta dans le cou. Et Ewilan porta le coup final, après un grand moment de concentration, en faisant apparaître un pieu de trois mètres de long et extrêmement pointu qui fit s’effondrer le dieu de la mort. Mais pendant sa chute, celui-ci happa le motard qui vint s’écraser au sol. Ewilan apparut juste à côté de lui et baissa la tête, une larme à l’oeil. Ils avaient échoué. Les autres arrivèrent un à un et restèrent silencieux. Elio brisa ce silence funèbre.
- Il y a un papier là, dans sa main !
Il se pencha pour le ramasser et le déplia. Voici ce qu’il était écrit.

Merci pour tout, mais le destin ne peut être changé.
Pierre B.

14 commentaires:

  1. C'est un beau texte. j'adore la chute ! elle est triste, mais vraiment très belle, et très juste.
    Bravo !
    Esîl

    RépondreSupprimer
  2. Très beau texte !
    J'ai adoré l'idée de se rassemblement, de cette date, de cette mission ...
    Franchement je suis admirative ♥ Bravo pour ce texte =)
    Il y a quelques personnages que je ne connais pas encore et ça me donne vraiment envie de les découvrir !
    Encore bravo Hogyomu !

    RépondreSupprimer
  3. Merci :) Je suis content que ça vous plaise ^^ A vrai dire, j'étais assez perplexe au niveau du Shinigami. Au début, je voulais faire un combat avec la Grande Faucheuse mais il est impossible de tuer la mort en personne, alors je me suis résigné à un dieu de la mort :p

    RépondreSupprimer
  4. Vraiment un beau texte, bien écrit et une très belle chute.

    Bonne continuation petit elf ;)

    RépondreSupprimer
  5. Idée surprenante (un shinigami ? J'avoue avoir eu en premier lieu la vision d'Ichigo Kurosaki, le héros du manga Bleach, mais elle s'est vite effacée face à la gravité de la scène) mais qui rend très bien ! J'aime cette image du combat contre la mort matérialisée par celui contre le shinigami. Et cette chute... Superbe ! :)

    RépondreSupprimer
  6. Merciiiii ^^ Enfait, le shinigami présent dans l'histoire est plus comme Ryuuk de Death Note, sauf qu'il n'utilise pas de livre :)
    Je me demande qui est l'anonyme qui m'a appelé "petit elf" >_<

    RépondreSupprimer
  7. Haaa, j'avoue que l'image me plaît bien ;)

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, j'adore avoir votre avis !