Les Mondes de Clèm: Cher Isaac - Tom

mercredi 7 mai 2014

Cher Isaac - Tom



Tom a gagné ex-æquo le premier prix  du concours d'écriture organisé pour les deux ans du blog. Émouvant, son texte est à la hauteur du fabuleux roman de John Green, Nos Étoiles Contraires. 
(Attention : Si vous comptez lire le livre un jour et que ce n'est toujours pas fait, ne lisez surtout pas ce texte, sauf si vous tenez à gâcher votre lecture ou si vous vous êtes déjà fait spoiler la fin du roman ! Si vous l'avez déjà lu, allez-y...)

Cher Isaac, mon pote,
Ca me fait étrange d’écrire des mots qu’une autre personne te lira sûrement.
Tu sais, j’ai peur, Isaac, j’ai peur de ce qui va arriver.  Et surtout, j’ai peur de l’oubli. Tomber dans le néant, n’être qu’une poussière dans cette putain d’histoire de l’humanité. J’ai peur qu’on oublie ce que j’ai fait, même si ce n’est rien, même si c’est superficiel. J’aimerais rester dans les mémoires et être celui sur qui on dit « quel gâchis, un si beau mec »… En fait, j’ai peur que le monde oublie que j’ai existé dans cette masse insoupçonnée de moutons qui évoluent sans cesse vers un seul et même but de vivre heureux en sachant qu’au bout il ne trouveront que le vide.
Bon je sais pas si c’est la bonne manière de t’écrire aujourd’hui la seule chose que je vais réussir à faire c’est bousiller tes yeux de robot qui vont griller sous le coup des larmes et tu seras bien embêté… je te suivrais jusqu’au bout tu vois ! Si tu crois que mes asticots viendront pas te bouffer toi aussi…
En vrai, le simple fait de t’écrire me console d’une chose : tu auras encore un bout de moi après ma mort. Il y aura encore ma voix, même de papier, qui te murmura quelques mots alors que je ne serai plus là, que je commencerai tout doucement à tomber dans l’oubli. Juste un plissement de papier, ou même une déchirure si tu décides de ne pas la lire. Je finirai dans un pli, un avion en papier, une déchirure ou dans le feu. Mais j’aurai une seconde fin.
Alors je t’ai fait une liste de choses à faire sans moi avant de mourir… c’est important attention. Bon ok tu as le droit de pas la faire c’est juste vivement conseillé.
1. Joue et gagne des milliers de parties de jeux-vidéos. Joue comme tu n’as jamais joué avec cette voix débile et nasillarde qui ne te dira jamais ce qu’il faut faire comme tu le fais si bien. Perds-en aussi, perds en des millions parce que quand même j’ai toujours été meilleur que toi.
2. Va à Amsterdam, pour découvrir un monde à part, une silhouette de l’infini, juste un aperçu d’un monde différent.
3. Achète-toi des yeux de robots. Tu sais, quand tu m’as fait ton discours je te l’aurais jamais avoué de vive voix mais ça m’a brisé le cœur et en même temps je me suis dit que j’avais une putain de chance de t’avoir, mon pote. (Il y a des mots dans la vie qu’on ne peut oublier. Je ne sais pas s’il y en a aussi après, mais je sais que les tiens méritent d’être immortels.). Tu vis de quoi quand t’es seul, sérieusement ? Tu vis de quoi ? Une vie seul ça rime à rien. Bref je divague disons qu’on peut en faire deux en une alors, de choses à faire mais achète toi des yeux de robots, juste pour continuer à voir le monde, les couleurs, les jeux vidéos, les filles et ce qu’on peut voir qu’avec les yeux de robots.
4. Avec ou sans yeux de robots (sans, tu auras à jamais toute ma reconnaissance de mort bouffé par les asticots), lance toute une boîte d’œuf sur la voiture d’une pauvre fille qui t’aura quitté, toute, sans en manquer un seul (si tu trouves l’amour de ta vie tout de suite sans ruptures recommence avec Monica).
5. Va au groupe de soutien même si c’est difficile, pour rire encore de Patrick et de son cancer des testicules. Même si c’est con et méchant, ris pour moi. Laisse échapper ton rire, même devant lui ça serait encore plus drôle. Ouais, ris. Tu le laisses monter. Tu souris, jusqu’aux oreilles, ce grand sourire que tu sais si bien faire… Puis au moment où tu essayes en vain de te retenir, tu éclates. Ton rire explose comme un grand gong dans l’église à mon enterrement. Comme ces cloches tragiques. Et là tout l’air autour de ton corps se retrouve saturé de particules de toi. Tu es l’air, l’air est toi. Tout est toi. C’est juste… magique. Et les autres, ils peuvent plus que te regarder, obliger de fixer tes yeux, obliger de te regarder alors que t’as cette nouvelle différence qui change tout. Pendant quelques secondes, le monde t’appartient.
6. Puis il se perdra dans le vide mais de toute façon nous savons tous que nous sommes voués à l’oubli. Alors promets-moi de ne pas y penser et juste de le vivre, cet instant. Et puis tous les suivants. Vivre, juste de profiter à fond de la vie et de te dire chaque jour en te levant je pourrais mourir ce soir alors pourquoi pas tout faire aujourd’hui ? Puis tu te coucheras en te disant que tu as survécu à une journée de plus et que c’est le dernier soir de ta vie passée… 
7. Promets-moi de veiller sur Hazel, je t’en prie. Elle le mérite. Et dis lui que je veux être avec elle que je veux qu’elle soit vivante à jamais et heureuse qu’elle est la meilleure qu’elle est juste merveilleuse que je l’aime.
8. Et promets-moi d’être heureux. Juste parce que c’est ce qui compte, d’être heureux. Même si on est des moutons qui allons tous vers ce but, y a peut-être quelque chose de bien plus grand que ce que je m’imagine, avant ce vide ? On évolue tous vers ce but. On a beau se heurter à tous les obstacles possibles et imaginables, à passer par Disneyland parce que c’est notre vœu de gosse et pourtant on se trompe… Même si le monde n’est pas cette merveilleuse fabrique de rêves, de vie, de souhaits, et bien on cherche à ce qu’il le devienne, à ce qu’il vous émerveille chaque jour un peu plus, à ce qu’il vous fasse vivre comme vous n’avez jamais vécu. En fait, peut-être que tout doit vraiment commencer par Disney… peut-être que c’est pour ça que je suis mort ? (Je rajoute une 9ème chose à faire : va à Disney). Alors sois heureux, fais que la pluie ne se lève jamais ou qu’elle s’éteigne toujours.
Je t’aime, mon pote.

Augustus

22 commentaires:

  1. Super ! On reconnait bien Augustus et l'émotion est là... Première place méritée !

    RépondreSupprimer
  2. Première place méritée !

    Ce texte est sublime ... emouvant ! ça ne m'étonne pas de Tom

    RépondreSupprimer
  3. C'est vraiment un magnifique texte, j'en ai les larmes aux yeux...
    Bravo Tom, tu mérites ta première place !

    RépondreSupprimer
  4. Whaou, il est très beau ! Il y a quelques passages qui m'ont moins plu, mais l'ensemble est très beau, et sa me rappelle cette fin horrible où j'ai chialé comme une madeleine !!

    RépondreSupprimer
  5. J'ai du mal à lire à cause de la police du texte o.o surtout quand c'est des écritures barrées :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai agrandi la police d'écriture, j'espère que c'est mieux !

      Supprimer
    2. Au pire change l'écriture ;) Et Une mordue de lecture tu as aimé malgré cela ?

      Supprimer
  6. Merci à tous ça m'émeut beaucoup vous êtes adorables, alors mille MERCIS !

    RépondreSupprimer
  7. Au risque de me répéter, ce texte est vraiment génial, beau, et qui plus est vient compléter de façon... Évidente l'histoire d'Hazel et Augustus !

    RépondreSupprimer
  8. (Parce que pour que je garde le compte de mes commentaires, il faudrait que je réponde à chaque mais je ne vais pas le faire ici, puisque ces commentaires ne sont pas pour moi…)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (C'est parti pour une conversation avec moi-même !)

      Supprimer
    2. (Et vraiment bravo Tom, tu mérites tout ça !)

      Supprimer
    3. (Bonjour Clèm, ça va ?)

      Supprimer
    4. (Très bien Clèm, et toi ?)

      Supprimer
    5. (Encore un commentaire…)

      Supprimer
  9. Bravo Tom, je viens de lire ton texte et à un moment j'avais presque oublié que c'était toi qui écrivait, pas Augustus ! Ca m'a complétement remise dans l'univers du livre, j'ai envie de le relire maintenant ^^
    Encore Bravo *.*

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, j'adore avoir votre avis !