Les Mondes de Clèm: Love Letters to the Dead - Ava Dellaira

jeudi 26 juin 2014

Love Letters to the Dead - Ava Dellaira


Éditions Michel Lafon
316 pages
Paru en mai 2014

Tout a commencé par une lettre. Une simple rédaction demandée par un prof : écrire à un disparu. Laurel a choisi Kurt Cobain, parce que sa grande soeur May l’adorait. Et qu’il est mort jeune, comme May. Si elle ne rend jamais son devoir, très vite, le carnet de Laurel se remplit de lettres à Amy Winehouse, Heath Ledger… À ces confidents inattendus, elle raconte sa première année de lycée, sa famille décomposée, ses nouveaux amis, son premier amour. Mais avant d’écrire à la seule disparue qui lui tient vraiment à coeur, Laurel devra se confronter au secret qui la tourmente, et faire face à ce qui s’est vraiment passé la nuit où May est décédée.

Si j'avais une chose à dire sur Love Letters to the Dead, c'est que ces lettres sont magnifiques. Alors effectivement c'est un roman, mais il est si réaliste et si poignant que je vois d'abord les lettres, puis le livre en lui-même. Je dis qu'elles sont magnifiques et c'est dû à la plume d'Ava Dellaira. Son écriture est sublime et je m'y suis énormément reconnue. Jamais je n'ai noté un aussi grand nombre de passages. Toujours la bonne phrase ou le bon paragraphe plein d'émotion et qui m'a fait craquer. Non, je n'ai pas pleuré mais il s'agit bien d'une lecture éprouvante. Une lecture qui fait ressentir une myriade de sentiments différents et dont on ne peut que ressortir changé. C'est un appel à aimer la vie et à profiter de ces moments de bonheur dont on ne se rend compte qu'une fois terminés à quels point ils étaient bons. C'est aussi une incitation à rester soi-même, quoi qu'il arrive.

« Tu sais sans doute ce que ça fait de décevoir quelqu'un. De décevoir tout le monde. River, tu étais un astre qui brillait de mille feux. De ceux qu'on se choisit comme bonne étoile. Jusqu'à ce qu'à force de te droguer tu y laisses ta vie. Tu crois que tout le monde a la chance de devenir une star comme toi ? Que tout le monde a la chance d'être admiré ? D'être aimé ? De briller ? Non. Tout le monde n'a pas la chance que tu as eue. Tout le monde n'a pas la chance d'avoir eu ta beauté. Et toi, tu ne pensais qu'à te brûler les ailes. »

Je viens de tourner la dernière page et je n'arrive pas à me dire que c'est réellement terminé, que ces personnages que j'ai appris à connaître et apprécier ne sont que de papier et qu'ils n'existent pas ailleurs. C'est difficile, vraiment. À travers ses lettres, j'ai rencontré Laurel, puis elle m'est devenue proche. Elle est extrêmement complexe et la douleur qu'elle éprouve à cause de la perte de sa soeur est loin d'être clichée. J'ai découvert une jeune fille pleine de secrets et de tourments, qui doit se reconstruire dans une famille déchirée tout en tentant difficilement de se découvrir elle-même. Et cette recherche d'elle-même passe aussi par les relations avec les autres, amitiés ou amours.

« Ses yeux étaient comme ta voix : les clés d'un lieu niché au fond de moi et dont le verrou peut sauter à tout instant. »

Je dois avouer que les premières pages m'ont beaucoup faites penser à Le Ciel est Partout de Jandy Nelson. Pour la perte de sa grande soeur et pour l'ambiance familiale. J'ai eu peur de relire la même chose mais cette peur s'est très vite dissipée car les premières lettres ont fait place à d'autres où l'on en apprend plus sur May, mais aussi sur les personnes à qui Laurel s'adresse. Parfois avec gentillesse, parfois plus durement.

« J'avais peut-être simplement envie de t'écrire pour te dire bonjour. Ou joyeux Noël. Ou pour voir si tu étais là-haut, dans le ciel avec les étoiles, et pour savoir si, de là où tu es, elles brillent plus fort qu'une flamme, qu'un feu de joie, que l'aurore. »

J'ai trouvé l'univers du roman très proche de celui de Le Monde de Charlie, de Stephen Chbosky. C'est sûrement dû aux lettres, à la découverte du monde du lycée, à la forte présence de la musique dans les pages et aux choses dont l'auteur des lettres n'arrive pas à parler dès le début... J'avais adoré le livre de Stephen Chbosky et j'ai adoré celui-ci. Mais ne vous méprenez pas, ils restent tout de même très différents en beaucoup de points.

« Tu as dit un jour qu'à ton avis les gens ont trop peur d'affronter leur propre Atlantique, et je crois que tu as raison de dire que nos vies sont pleines d'océans. »

Au fil des pages, Laurel nous dévoile des informations sur sa vie avant, sur May et sur ce qui est arrivé le jour où elle a disparu. Mais c'est difficile. Et le lecteur n'en sait pas plus que ce qu'on veut bien nous dire ou nous faire comprendre... Ava Dellaira est très douée, c'est certain.

« Il a pris mon visage entre ses paumes, et ce baiser n'a rien eu de commun avec les précédents. Je n'étais plus une lumière vers laquelle il accourait, un réverbère ni même une lune. J'avais l'impression qu'on avait tous les deux le soleil en nous. C'était notre façon à nous de nous réchauffer. »

Je crois que je pourrais continuer longtemps comme ça, à vous répéter que j'ai adoré ces moments passés à lire l'histoire de Laurel et à intercaler des citations entre chaque paragraphe (j'en ai noté quinze, ce ne serait pas un problème !). Mais je suis persuadée qu'il existe une manière plus simple, procurez-vous ce livre et lisez-le. En plus, la couverture est magnifique vous n'avez pas à hésiter une seconde.

« Il arrive de parler et de ne rencontrer que le silence. Ou de vagues échos. Comme un hurlement venu de l'intérieur. Alors on se sent seul, vraiment. Mais c'est faute d'écouter attentivement. Ou plutôt, faute d'être prêt à écouter. Car chaque fois qu'on parle, une voix retentit. Celle du monde entier qui nous répond. »


Des personnages réellement vivants pour un roman plein d'émotion que j'ai adoré. Je ne lui ai trouvé aucun défaut et la plume d'Ava Dellaira est parfaite, je ne peux que vous le conseiller.

26 commentaires:

  1. Bah dis donc Mademoiselle a aaaaadoré ! :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu crois ou je dois te faire une dissertation dessus ? :D

      Supprimer
  2. Ce livre m'a vraiment bouleversée !

    RépondreSupprimer
  3. Ce livre me donne très envie, j'ai hâte de pouvoir le lire.
    Très belle chronique ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup ! J'espère que tu pourras le lire rapidement :)

      Supprimer
  4. Oh la la je le vois partout et je n'ai toujours pas pu le lire !! Il faut absolument que je m'y mette. En tout cas super belle chronique ! :)

    RépondreSupprimer
  5. Je l'ai terminé avant hier et j'ai aimé bien que le début m'ait semblé long et un peu ennuyeux. Après il est clair que l'écriture est très belle et l'histoire émouvante. Comme toi j'ai pensé au Monde de Charlie en le lisant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage que tu te sois ennuyée au début…

      Supprimer
  6. Je ne connaissais pas ce titre; ton avis me donne très envie de le lire! :)

    RépondreSupprimer
  7. Raaaaaaaaaaaaaaaah, je le veux ! Mon dieu j'en peux plus !
    des mois sans m'acheter de livres ! Quand je vais m'y remettre ... soyez prêts !!!

    RépondreSupprimer
  8. Décidément aujourd'hui ce livre me harcèle '_' C'est la troisième chronique que je vois, lis et qui est positive. Il va peut être falloir que je me décide à le lire >.<

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui !! Il le faut effectivement ! :D

      Supprimer
  9. Je le veux tellement, ça en devient obsessionnel.

    RépondreSupprimer
  10. Une amie l'a acheté et m'a promis de me le prêter... Halléluia *-* !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Génial ! Tu me diras ce que tu en auras pensé ! :D

      Supprimer
  11. Rowena/La tour bleue11 juillet 2014 à 21:19

    C'est bien, tu m'as trouvé un nouveau moyen de me détourner des livres EN ALLEMAND que je DOIS lire pour le LYCÉE pendant les VACANCES. Bon, je viens de le commencer, et qu'est-ce que je l'aime, ce livre... Avec l'avis d'Emma Watson dessus, celui de Stephen Chbosky, celui de l'auteur de Treize raisons (comment elle s'appelle déjà ?) et le tien, bien enthousiaste, c'est normal que ce soit génial...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouah, tu m'as cité au même niveau que Emma Watson, ça me fait plaisir ! :D C'est Jay Asher l'auteur de Treize raisons (qui est dans ma pal et qu'il va falloir que je lise…). Mais oui, détourne toi des livres en allemand ;)

      Supprimer
  12. Rowena/La tour bleue11 juillet 2014 à 21:22

    Ce qui suit n'a aucun Rapport avec le livre : qui a posté le 1700e commentaire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est Angèle Valdez, sur mon interview de Charlie, personnage dans Le monde de Charlie !

      Supprimer
  13. Je le commence demain, ta chronique fait bien envie ! :D

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me laisser un commentaire, j'adore avoir votre avis !